Warm inside

Entrée libre
Romy Alizée — exposition photo
Point Éphémère
Du 15.09 au 27.09 
Jeudi 15.09 dès 19h — Vernissage
Samedi 17.09 à 20h — Visite performée avec l’artiste
et Dominique Gilliot 
format 30x40_7.jpg

© Romy Alizée

Il y a des chaises, des dos, des têtes, des tables de massages, de grands canapés, quelques lits, des sièges de cinéma. Par dessus il y a des chattes, des jambes aux mollets tendus, des gants en latex, des flaques et gouttes mouillées et lubrifiées, des meufs qui s’aiment. Et tout autour, les visages et les corps des gentes qui émergent, ému·es, parce qu’après avoir été « autant en dessous », c’est important de pouvoir se poser, être en place consentie et fièr·e. L’intensité du travail de Romy Alizée se situe dans l’écart et l’équilibre entre le sérieux et la dérision du sexe, qui va avec ceux de la pose et de la performance. Ses photos sont en quelques sortes des répétitions visant à nous persuader que d’autres rapports à nos corps et nos sexualités sont possibles. Elle dit : « ça commence par les images, ensuite il y a la pratique ». 

— Olga Rozenblum 

Née en 1989 de parents franco-grecs, Romy Alizée est artiste, photographe, actrice et réalisatrice. Très jeune, elle pose comme modèle pour de nombreux photographes. Ces expériences sont le point de départ de son travail photographique. Elle réalise des autoportraits aux mises en scène minutieusement orchestrées, dans lesquels son regard interroge le voyeurisme des spectateur·ice·s tout en invitant à considérer son geste comme une possible voie d’affranchissement des codes hétéronormatifs de la société. À travers ses images, Romy Alizée travaille autant sur l'empuissancement par la sexualité, l'affirmation d’un désir queer et lesbien que sur l’idée même de déviance. Sa stratégie de subversion passe par une réappropriation dépassionnée du regard sexualisant à des fins émancipatrices et réparatrices. 

Son regard photographique et son goût pour la mise en scène s'étendent à ses proches : activistes, lesbiennes, queer, trans & travailleur·euse·s du sexe posent regulièrement pour elle, composant une galerie de portraits sensibles et habités.

En parallèle, elle s'intéresse au film et à la performance, en réalisant notamment avec l’actrice Laure Giappiconi une trilogie de courts-métrages : Romy & Laure... et Le Secret de l'Homme Meuble, Romy & Laure... et Le Mystère du Plug Enchanté, Romy & Laure... Happées par Le Trou Spatio-Temporel. Puis, avec l’artiste et activiste Marianne Chargois, elle co-écrit le spectacle Gaze.S, manifeste radical queer et autobiographique autour du travail sexuel.

www.romyalizee.fr  •  instagram.com/romixalizee

 

Avec le soutien de : Scène Nationale d'Orléans ; Granon Digital pour les tirages et Olga Rozenblum.